Quelles écrevisses reverrons-nous au Barrage de l’Eau d’Heure ?
(juillet-août-septembre 2020)

Au moment d’écrire ces lignes, le confinement est en voie d’allégement. Les limitations à la pratique de la plongée viennent d’être levées et nous pourrons très prochainement nous retrouver à nouveau sous la surface de nos plans d’eau préférés.

Probablement, retournerons-nous très vite au Barrage de l’Eau d’Heure. Il est possible qu’un changement y soit intervenu et que nous n’y retrouvions plus la même variété d’écrevisse !

Ce ne serait pas la première fois qu’une variété animale serait remplacée par une autre au Barrage. Ainsi, au niveau des moules d’eau douce, en 2017, la moule quagga avait supplanté la moule zébrée qui a depuis quasiment disparu du site. Ces deux variétés avaient été décrites dans la Page 11 de Faune et Flore de Nérée. Je vous y renvoie pour plus de détails et distinguer les deux espèces.

La moule zébrée

La moule quagga

Un changement similaire pourrait se produire au Barrage en ce qui concerne les écrevisses. Jusqu’il y a peu lorsque nous croisions une écrevisse sous l’eau au Barrage, c’était très souvent une écrevisse dite américaine. L’an dernier a vu l’arrivée en force de l’écrevisse à tache blanche ou écrevisse de Californie. Celle-ci s’est mise à se multiplier considérablement. Regardons ces deux espèces de plus près.

L’écrevisse américaine.

L’écrevisse américaine répond au nom scientifique d’Orconectes limosus. Originaire de la côte Est des Etats-Unis, elle aurait été introduite en Europe vers 1880. C’est la première écrevisse exotique introduite en France qui a pu s’adapter aussi rapidement avant de proliférer largement dans la plupart des pays d’Europe occidentale.

Cette écrevisse mesure généralement entre 10 et 12 cm de longueur. Elle peut peser jusqu’à 70 g et se reconnaît facilement par les taches brun marron qui ornent la face supérieure de chaque segment de son abdomen. On remarquera qu’un petit ergot est présent sur le côté interne du segment précédant les pinces qui sont d’une taille plutôt réduite.

Ces dernières années et jusqu’en 2018, l’écrevisse américaine représentait la très grande majorité des écrevisses visibles en plongée au Barrage.

Quelques écrevisses américaines
photographiées au Barrage de l’Eau d’Heure en 2018

L’écrevisse à tache blanche

L’écrevisse à tache blanche est aussi appelée écrevisse de Californie, écrevisse signal ou écrevisse du Pacifique. Elle répond au nom scientifique de Pacifastacus leniusculus et mesure entre 15 et 20 cm de longueur. Elle peut peser jusqu’à 150 g pour les plus grands individus. Elle est donc nettement plus grande que l’écrevisse américaine.

Originaire des cours d’eau et des eaux stagnantes du nord-ouest de l’Amérique du Nord, elle a été introduite en Europe pour remplacer l’écrevisse à pieds rouges, notre seule espèce indigène d’écrevisse qui a aujourd’hui presque complètement disparu de nos milieux naturels. Nos écrevisses indigènes à pieds rouges ont d’abord été décimées par un champignon microscopique qui a provoqué une vraie pandémie appelée peste de l’écrevisse. Les écrevisses à pieds rouges survivantes n’ont pu résister face aux importations et au développement des écrevisses de Californie. Celles-ci sont rapidement devenues invasives, supplantant en quelques dizaines d’années les dernières populations d’espèces indigènes et les écrevisses américaines qui sont plus petites, se défendent moins bien en raison de pinces plus petites, grandissent moins vite, sont moins fécondes et moins agressives.

En plus de ses articulations blanches, l’élément le plus caractéristique qui en permet la reconnaissance à coup sûr de l’écrevisse de Californie est la tache blanche sur la face supérieure de ses larges pinces lisses.

 

Quelques écrevisses à tache blanche
photographiées au Barrage de l’Eau d’Heure en 2019

L’écrevisse américaine ou l’écrevisse de Californie : laquelle retrouverons-nous lors de notre prochaine plongée au Barrage ?

L’écrevisse américaine était l’écrevisse largement dominante au Barrage de l’Eau d’Heure jusqu’en 2018. A la fin de la saison de plongée 2019, l’écrevisse à tache blanche de Californie avait réussi une percée en force et semblait pouvoir éradiquer l’écrevisse américaine.

Qui aura finalement remporté le combat mené pendant notre confinement ? L’écrevisse américaine aura-t-elle pu défendre son territoire contre l’envahisseuse écrevisse à tache blanche ? Ou l’écrevisse à tache blanche, plus agressive, plus grande et munie de plus grandes pinces, plus féconde et à la croissance plus rapide, aura-t-elle supplanté et fait disparaître l’écrevisse américaine ? Ou encore, écrevisse américaine et écrevisse à tâche blanche auront-elles réussi à cohabiter ?

La réponse vous apparaîtra lors de votre prochaine plongée au Barrage.

Les informations relatives aux écrevisses ont été inspirées par:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Orconectes_limosus
https://fr.wikipedia.org/wiki/Pacifastacus_leniusculus
http://www.maisondelapeche.be/telechargements/2017_PecheEcrevisse_web.pdf
http://www.gaule-barrabande.com/les-poissons/les-ecrevisses
http://biodiversite.wallonie.be/servlet/Repository/?ID=36648

NB. Cette Page de Faune et Flore n’envisage que les deux espèces d’écrevisses en compétition pour occuper l’espace de vie que leur offre le Barrage de l’Eau d’Heure. Ce ne sont toutefois pas les deux seules espèces d’écrevisses qu’il est possible de trouver en Belgique. La Maison wallonne de la Pêche a publié un folder présentant l’ensemble des espèces d’écrevisses que l’on peut trouver en région wallonne et des critères de détermination pour les identifier facilement. La photo ci-dessous en est extraite.

Laisser un commentaire